Tél. 06 52 17 80 99

Pascin Jules

1885-1930 : Héritier de Toulouse-Lautrec, d’Egon Schiele, mais aussi de Rodin dessinateur, Jules Pascin , d’origine bulgare, fait partie de ces artistes qui, par leurs œuvres, contribuent au début du XXe siècle à échafauder la légende d’un âge doré, celui de la première libération sexuelle et, par leur vie même, établissent le mythe de l’artiste d’avant-garde dont les mauvaises fréquentations et l’audace plastique le placent hors système.
Comme nombre d’artistes européens du début du XXe siècle, Pascin, de son vrai nom Julius Mordecai Pincas, papillonne autour des grandes capitales artistiques européennes, avant de s’établir définitivement à Paris. A Budapest, Munich, Vienne, puis Berlin, Pascin suit les cours de diverses académies, et gagne sa vie comme illustrateur pour des journaux satiriques, notamment l’audacieux Simplicissimus publié à Munich. Lié aux expressionnistes allemands, ami de George Grosz, Pascin est fortement impressionné par les fauves que mène Matisse, et va, au contact des peintres français, adoucir son trait et éclaircir sa palette. Homme au caractère ténébreux, il vit la bohème à Montparnasse et à Montmartre, avant de s’exiler aux Etats-Unis pendant la Première Guerre mondiale : là il rencontre le photographe et galeriste Alfred Stieglitz, qui va lui permettre d’exposer à New York. De retour à Paris après la guerre, Pascin mène une folle vie de fêtes, de banquets et de voyages.Rongé par l’alcool, partagé dans ses affections, il en vint à perdre son équilibre et le 2 juin 1930, le jour même du vernissage de son exposition à la Galerie Georges Petit qui devait lui amener de nouveaux succès, il se suicida à 45 ans à Paris dans son atelier du 36 boulevard de Clichy, dans des conditions atroces : s’ouvrant les veines des deux bras il écrivit avec son sang Adieu Lucy sur les murs de l’atelier, puis comme la mort ne venait pas il se pendit avec une ficelle et se brisa la nuque. Lucy Krogh découvre le corps trois jours plus tard. Le Paris des arts était consterné et le jour de ses funérailles un grand nombre de galeries fermèrent. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris le 7 juin.
Pascin emprunte divers traits caractéristiques à plusieurs de ses contemporains, mais réussit à en extraire un style qui lui est propre. A la manière de Rodin ou de Schiele, le peintre capte avec rapidité et sans hésitation les contours troubles de ses modèles, filles de joie ou grandes bourgeoises. De Toulouse-Lautrec, il conserve le mélange de cruauté et de tendresse envers la gent féminine et les couches populaires. Son trait de caricaturiste, visible dans de nombreuses scènes d’orgie, doit beaucoup à l’expressionnisme allemand du Brücke ; sa peinture, hachée, anguleuse, aux couleurs vaporeuses, mêle audacieusement fauvisme et cubisme. Dans les œuvres de Pascin comme dans sa vie, douleur et volupté se confondent.

Vous aimez cet artiste, confiez nous la reproduction de votre tableau préféré.

Voici les 20 résultats