Gauguin Paul

1849-1903 : Petit-fils de la socialiste Flora Tristan, Gauguin grandit au Pérou, avant d’entamer très jeune une carrière de marin : à 23 ans, il a déjà fait plusieurs fois le tour du monde ! Puis, devenu père de famille et agent de change, il ne se consacre entièrement à la peinture qu’en 1883, et commence par peindre dans la manière impressionniste. Génie orgueilleux, il va vite trouver son style propre, notamment au contact de la Bretagne primitive : il concilie alors cloisonnisme et symbolisme dans des œuvres synthétiques, mystérieuses et expressives comme La Vision après le sermon (1888). Il s’essaie également à la sculpture et à la céramique, s’inspirant de l’art populaire breton. L’artiste est en quête perpétuelle d’ailleurs, et décide en 1891 de partir pour la Polynésie, loin de la critique parisienne, vers la vérité primitive des peuples et des mythes anciens : il trouve à Tahiti le mélange de sensualité et de religiosité qu’il recherche (Manao Tupapau – L’Esprit des morts veille, 1892) et sculpte des idoles composites (L’Idole à la coquille, 1892). Le peintre consigne ses impressions et réflexions dans un recueil richement illustré, Noa Noa, publié en 1897. De retour à Paris de 1893 à 1895, Gauguin cultive l’exotisme dans la nostalgie de l’expérience tahitienne, puis retourne en Polynésie, où, malade et dépressif, il peint son testament pictural, D’Où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? (1897), avant de tenter de se suicider. De plus en plus hanté par ses réflexions philosophiques et religieuses, il part pour les Marquises en 1901, où il peint des toiles aux couleurs somptueuses (Contes barbares, 1902). Il meurt deux ans plus tard, sans doute d’un excès de morphine

Vous aimez cet artiste !! confiez nous la réalisation de la copie du tableau que vous préférez.

Voici 1–24 sur 29 résultats