Tél. 06 52 17 80 99

Fragonard J. H.

1732-1806 : Né à Grasse, Fragonard quitte la Provence pour Paris à l’âge de six ans, où il est tôt initié à la peinture, notamment dans l’atelier de Chardin, puis dans celui de Boucher. En 1752, à l’âge de vingt ans seulement, il remporte le Prix de Rome. Le voyage en Italie lui permet de mettre au point un univers grâcieux, fantasmé, et d’absorber la leçon de grands peintres de la couleur et de la lumière comme Tiepolo. Son genre favori est alors celui de la peinture d’histoire, mais il abandonne vite le sérieux de ses premières toiles pour peindre des saynètes érotiques, qui remportent un vif succès. Représentant typique de la frivolité rococo, à l’instar de son maître François Boucher, Fragonard aborda également d’autres registres, pour lesquels il est cependant moins connu (paysage, peinture religieuse et mythologique, etc.). son art se rapproche de celui de Watteau, mais ne porte pas le voile de mélancolie des toiles du peintre de Valenciennes. Le style très enlevé de Fragonard, son trait tourbillonnant et expressif, ses thèmes légers seront vigoureursement combattus au même moment par les tenants du néo-classicisme, David en tête. Pourtant les œuvres de Fragonard ne sont pas toujours si naïves ou univoques, comme en témoigne Le Verrou (ill.), dont les interprétations sont diverses. Peintre à la mode, Fragonard amasse une grande fortune, dissoute dans les tourments de la Révolution française, qui le nomme conservateur au musée du Louvre. Il meurt en 1806, à l’âge de 74 ans, oublié de tous

Vous aimez cet artiste !! confiez nous la réalisation de la copie du tableau que vous préférez.

Voici les 21 résultats